Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 16:52

Pour plus de détails sur la compétition qui permet de découvrir ces sports traditionnels, rendez-vous  : ICI ! En effet, nous vous avions présenté alors les ARCTIC WINTER GAMES qui se sont tenus cette année à NUUK au Groenland, et qui se tiendront en 2018 dans les territoires du Nord Ouest du Canada, à HAY RIVER & FORT SMITH.

 

Voici un descriptif d'un des sports de ces jeux Arctiques : le "ONE FOOT HIGH KICK" !

 

Son Objectif : taper avec un seul pied dans une cible suspendue par un fil.

Le mouvement : En partant à une distance de son choix, le sportif prend son élan puis il lance sa jambe en l’air afin qu’elle atteigne la boule suspendue. Il doit retomber sur le pied qui a été lancé pour viser la boule et garder l’équilibre. Il peut s’il le souhaite, au lieu de prendre son élan, tenter de lancer son pied en étant déjà positionné debout sous la boule, sans élan donc ! Autre élément à prendre en compte, la jambe lancée doit être tendue quand elle arrive vers la boule, souplesse exigée !

 

Les règles :

- La cible est constituée d’un objet mou (peluche en fourrure, ou balle légère par exemple) suspendu au bout d’une ficelle.

- Chaque personne a 3 essais pour tenter d’atteindre la cible à chaque hauteur et le temps imparti est de 3 minutes par essais.

- La hauteur de départ varie en fonction de la catégorie mais elle commence à 152cm pour les juniors filles, et va jusqu’à 198cm pour les hommes adultes !

- La cible est remontée de 10cm par 10cm, sauf vers la fin, lorsqu’au moins 4 concurrents ont été éliminés, elle est alors remontée de 5cm par 5cm. Et ceci, jusqu’à désignation du vainqueur !

- Le gagnant, et lui seul, peut alors, après sa victoire, demander de remonter la cible de la hauteur qu’il souhaite afin de tenter d’établir un nouveau record, il a également 3 essais à chaque hauteur choisie.

 

Les pays gagnants en 2016 :

- Chez les filles juniors : L'Alaska gagne avec 2,29m suivi par l'Alberta du Nord avec 2,24m et 2,18m

- Pour les garçons juniors : Les territoires du Nord Ouest prend la 1ère place avec 2,61m puis en seconde position le Nunavut avec 2,44, et en 3ème place : l'Alaska avec 2,44m également, mais avec 1 coup manqué de plus.

- Chez les femmes adultes : L'Alberta du Nord l'emporte avec 2,36m, suivi du Nunavik au Quebec avec 2,24m, puis L'Alaska avec 2,18m

- Pour les hommes adultes : L'Alaska atteint sans échecs les 2,79m, collés par le Nunavut qui saute à 2,79m avec 2 essais manqués, puis les Territoires du Nord Ouest en 3ème place avec un saut à 2,69m

 

 

Les sports Arctiques, témoignent de la culture et de la tradition des peuples du Grand Nord, la bonne ambiance, et le caractère original de ces sports méritent bien que l'on s'y attarde un peu !

 

 

Sources : http://awg2016.org/en

http://www.myyellowknifenow.com/3537/2018-arctic-winter-games-everything-you-need-to-know/

http://www.arcticwintergames.org/

 

 

Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 14:05

 

 

LE JEU DE LA FICELLE

CHEZ LES INUIT


Ce jeu qui existe un peu partout dans le monde et ce depuis l'antiquité, reste néanmoins aujourd'hui une coutume très répandue en Arctique. De l'Alaska au Nunavut, en passant par le Groenland bien entendu, cette tradition perdure toujours dans les régions polaires.

 

Plus qu'un simple divertissement, ce jeu n'est pas simplement ludique, il aide aussi à développer agilité et concentration, et demande un savoir-faire minutieux. 

Mais en quoi consiste donc ce fameux jeu de la ficelle, si caractéristique de cette culture boréale ?

Jeuxficelle.jpgOn l'appelle là-bas Ukaliq, ce qui signifie lapin. Le but du jeu est de reconstituer des scènes de la vie quotidienne, ou des objets, des animaux, simplement par un jeu subtile d'entrecroisement de ficelles.

Autrefois réalisées à partir de tendons, ces figures servaient essentiellement aux conteurs du village. Elles agrémentaient ainsi leurs récits. Comme les images sont ajoutées à une musique pour la rendre plus vivante. Les légendes relatées lors des longs hivers polaires et des nuits interminables, réhaussées de ces créations visuelles, rythmées les soirées des Inuits pour qu'elles passent plus vite. Une activité essentielle donc à la vie du groupe.

 

Des centaines de figures peuvent ainsi être réalisées, et il existe pour les répertorier des livres explicatifs énumérant chaque étape de leur construction. En voici un exemple avec cette vidéo qui nous apprend à confectionner un lièvre arctique : link.

Pour certaines figures, quatre mains sont nécessaires et demandent donc de jouer à plusieurs !

 

ajagakUne variante de ce jeu existe également, et se nomme Ajagak. Plus proche de notre bilboquet actuel, celui-ci est formé d'un crâne de lièvre et d'un petit bout d'os (ou bâton). L'objectif étant d'insérer le crâne sur le manche en os ou en bois, par les différents trous et ce dans un ordre pré-établi.

(ci-contre, Ajagak datant de 1921)

 

De nos jours, cette tradition qui avait quelque peu disparu ces dernières années, revient de nouveau en force et s'enseigne désormais un peu partout en Arctique. Les jeunes Inuits remettent ainsi au goût du jour cette tradition ancestrale.

 

 
Sources :
http://www.virtualmuseum.ca
http://nature.ca
 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 16:40

 

 

Bonjour à tous !


 

Aujourd'hui, pas de lecture au programme, mais de la MUSIQUE !

Et oui, nous vous invitons à fermer les yeux et à vous laisser immerger dans la merveilleuse culture inuite par le biais de ces quelques vidéos musicales... Elles illustrent à la fois la tradition orale de ce peuple, et à la fois son évolution, liée aux influences de notre société occidentale.

 

Pour cette première écoute, voici donc un chant typique traditionnel.

Laissez-vous entrainer par ce rythme très soutenu, par toute la richesse qu'apporte ce chant guttural.

On  peut facilement imaginer la transe dans laquelle se retrouvent les chanteurs !


 

 

  Pour notre second choix, voici une prestation réalisée lors d'un concours. On retrouve la même base de "vocalises" que sur la vidéo précédente : 


 

 

  Passons ensuite à une chanteuse Inuite, Elisapie ISAAC, qui a complètement su prendre le virage musical lui permettant d'être connue en dehors de l'Arctique ! On est certes loin des chants traditionnels, mais admettez que c'est doux à écouter :


 

 

 

Une autre, TANYA TAGAQ, qui a chanté aux côtés de la célèbre chanteuse islandaise BJORK, et qui est déjà venue réaliser des prestations en France. Dans un autre style musical, elle se décrit ainsi : « Je pense que j'ai un coeur punk. Ma musique, finalement, est punk. C'est de la musique de protestation ».

A vous de juger !


 

 

 

 

Il nous serait difficile de ne pas vous parler non plus d'une autre autre grande chanteuse Groenlandaise qui a joué dans le monde entier, il s'agit de Nive Nielsen & the Deer children, que l'on adore ! A découvrir absolument :

 

 


 

 

 

 

 

 

Et pour terminer, revenons aux traditions pures avec cette musique, cette magnifique berceuse enregistrée dans les années 50 par l'anthropologue Jean MALAURIE :


 

 

 

En espérant que cela vous aura donné envie d'en découvrir encore plus sur cette musique très riche de sens et d'émotions... Bonne écoute !

 

 

A bientôt !

 

 

 

Sources :

Youtube 

http://www.letelegramme.fr/local/morbihan/lorient/ville/tanya-tagaq-chanteuse-inuit-au-coeur-punk-22-08-2012-1814216.php 

 

 

 



 

Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 13:23

 

La notion d'amour en Arctique

 

Il est de saison d’aborder la notion ancestrale du couple dans ces populations au mode de vie si particulier...

Bien entendu, de nos jours, et avec l’implantation massive du Christianisme, les couples se forment librement, et les mariages ressemblent fortement à ceux que l’on peut rencontrer  chez nous !


Traditionnellement :

Initialement, le mariage chez les Inuit était complètement différent de tout ce que nous pouvons connaitre. Tout d’abord, il ne se présentait pas sous la forme d’un acte administratif, d’autant plus que pendant longtemps les Inuit ont fonctionné sur un mode de communication et de transmission orales principalement. coeur glace

Remontons le temps, et partons dans le grand Nord au milieu de la glace, dans une petite communauté Inuit au nord du Groenland... L’homme et la femme ont une fonction bien spécifique, l’homme se doit de chasser, la femme de le préparer, que ce soit au quotidien ou dans la fabrication des vêtements de chasse. Cette organisation garantit la survie de tous par une répartition organisée des tâches. N’oublions pas que partir en chasse, c’est aussi prendre le risque de perdre la vie !

Les villages sont petits, les communications avec les populations environnantes sont difficiles voir quasi-inexistantes.

Chacun a besoin de l’autre pour survivre, il est important que le groupe soit une priorité sur l’individualisme. Les « mariages » sont alors vus de cette manière : un arrangement, une façon de se compléter pour assurer sa survie physique.

Parfois les mariages sont arrangés avant même la naissance, et la promesse de mariage a lieu au moment de la naissance, avec la confirmation du sexe de l’enfant nouveau-né.  Le mariage permet une alliance entre les deux familles, une alliance avec un intérêt principalement économique (un fort potentiel à la chasse est un très  bon atout par exemple !).

La mortalité féminine étant plus importante, les hommes sont alors très tôt en recherche d’une partenaire qui serait enjouée (et oui, cet argument est très important pour égayer la vie dans ces conditions extrêmes !), jolie, et dynamique. Précisons que la notion de beauté ne comprend pas uniquement l’aspect physique, être beau, c’est entre autre, être quelqu’un de bon. femme-inuite.jpg

Dès l’âge de 14 ans les femmes peuvent se marier, les garçons devront attendre d’avoir appris à chasser tout type d’animal afin de pouvoir immédiatement répondre aux besoins de sa famille nouvellement fondée. Du coup, l’homme se marie rarement  avant l’âge de 20ans. 

Malgré une union assez jeune, les femmes ne tombent souvent enceintes que vers l’âge de 18 ans.

Afin d’éviter les conséquences d’une trop grande consanguinité, il est d’usage de pratiquer l’exogamie qui consiste en le fait de devoir choisir pour conjoint (e) une personne d’un autre village. De la même façon, il est tacitement interdit de s’unir à un parent ou cousin, jusqu’au 3ème degré. Grace à cela, la consanguinité chez les Inuit est presque 10fois inférieure à celle d’autres tribus autochtones du globe.

 

Le mariage :

Il a souvent lieu au printemps, au moment où la jeune femme est visiblement enceinte. En effet, les femmes Inuits ont fréquemment  développé une aménorrhée hivernale ce qui permet d’accoucher à la meilleure saison. C’est donc au printemps que commence à se voir la grossesse, grande fierté du mari.

Pour célébrer leur union, les époux partent en traineau pour s’installer plusieurs  semaines dans une tente à l’écart avant de revenir vivre chez le père de la mariée. L’époux « achètera » sa femme pendant 1 à 2 années en rendant service à son beau-père. eglise de glace

La tradition ancestrale voulait que l’époux kidnappe sa promise, que celle-ci se débatte même si elle souhaitait le mariage, et que l’homme l’emmène hors du village pendant quelques jours avant de revenir ensemble, ainsi officiellement mariés !

 

Dans l’intimité :

couple inuitPas de baisers sur la bouche, en public ou dans le privé, ceci est très mal perçu et ne se fait donc pas. Le très connu « frottage de nez » est monnaie courante. Les Inuits sont d’un naturel très pudique en ce qui concerne la démonstration de leurs sentiments et des marques d’affection. La femme se réserve à son futur époux, les ébats amoureux sont très discrets, d’autant plus à cause de la promiscuité au sein de l’igloo.  

Il n’est pas rare que lors du premier rapport entre époux, l’homme n’osant pas aborder sa femme, il commence en premier lieu par la frapper avant de pouvoir enfin arriver à débuter le rapport amoureux en lui-même !

Malgré toute cette réserve et ce peu d’expressivité, il est de coutume de vivre nu au sein des igloos (régulièrement surchauffés), et ce, même au milieu des allées et venues des visiteurs ! Pas de tabou chez les Inuit. Les Igloos sont un peu comme « entrée libre », nul besoin d’attendre l’accord du maître des lieux pour entrer !


La vie des mariés :

On pourrait parler les relations homme / femme pendant longtemps, ainsi que de l’éducation des enfants, mais ceci fera l’objet d’un prochain article, centrons nous sur le mariage pour l'instant !

couple 2La monogamie est d’usage. Cependant, étant donné que le « groupe » passe en priorité et que l’union est faite par soucis de survie, il n’est pas rare que le couple s’autorise des moments privilégiés avec une autre personne. L’important est que la femme puisse assurer le quotidien de son foyer, et qu’au cours de l’adultère, seul le don du corps ait lieu, pas le don des émotions. Il est une croyance qui dit que lors de rapports occasionnels, la femme ne peut tomber enceinte. 

« La famille, cellule de base, n’est qu’une commodité de regroupement toute provisoire… Chacun des conjoints appartient au groupe et il est bon, dans un esprit  d’unité politique, que le couple soit de temps à autre cassé ! »

Les époux sont d’une grande sincérité  l’un envers l’autre, les épreuves de la vie ayant cimenté le couple, le conjoint est informé et donne son accord pour un « prêt » occasionnel de femme, si c’est ce qu’elle souhaite !

Dans le même sens, l’échange d’épouses est fréquent afin de lutter contre la stérilité, la consanguinité et surtout, pour unir des amitiés ou célébrer des moments heureux pour l’ensemble du groupe.  Cet échange ne peut dépasser 2 ans. 

Par ailleurs, il n’est pas rare de voir un groupe se retrouver, éteindre les lampes à huiles et s’adonner au plaisir charnel avec la personne qui se trouve là, même si ce n’est pas son conjoint(e) !!! C'est ce que l'on appelle "le jeu des lumières", encore pratiqué de nos jours dans certains villages reculés du Groenland !

Pour finir, l’homme et la femme Inuit se disputent rarement mais lorsque cela arrive, cela peut prendre une forme de grande violence pour nous les occidentaux : femme tirée par les cheveux et frappée hors de l’igloo. Néanmoins, leur union est sincère et emplie d’un grand amour, en toute humilité, avec un grand respect de l’autre.  

 coeur

...Joyeuse Saint Valentin !

 

 

Et pour une immersion plus complète, voici une petite vidéo de chant de mariage Inuit :

 

Sources :

Livre " Les derniers rois de Thulé " de Jean Malaurie

http://www.gitpa.org/Peuple%20GITPA%20500/gitpa500-0-INUITfiche.pdf

http://www.regards.fr/acces-payant/archives-web/les-inuit-et-le-raffinement-des,5484

http://inuits.collegemv.qc.ca/etudiants/travail_amanda.pdf

http://jeanlouisetienne.com/poleairship/images/encyclo/imprimer/33.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythologie_inuite

 

Retrouvez toute l'actualité de l'Arctique sur notre page Facebook !


Repost 0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 11:11

 

Les Inuit et l'alcool...

 

Et oui, c'est de saison ! En cette période de fêtes, l'alcool s'invite partout et à toutes les tables, du moins dans nos sociétés, mais nous avons voulu savoir ce qu'il en était tout autour de l'Océan Arctique :

  nome-saloon_3105.jpg

Nome - ALASKA

 

Il faut savoir que dans ces pays l'alcool n'a rien de culturel, contrairement à chez nous (!), et que les peuples des régions polaires, à l'instar de leurs voisins les amérindiens, n'ont pas "le gêne de l'alcool". Autrement dit, ils ne tiennent pas du tout l'alcool et sa consommation a tendance à les rendre violents, suicidaires et dépressifs... Bon ok un peu comme chez nous quand même, sauf que ces mêmes réactions se produisent après seulement quelques gorgées chez les Inuit, un aspect économique en somme !

 

Au vu de ces réactions impressionnantes et du taux de meurtres recensés dû à la consommation d'alcool au sein de ces populations, chaque gouvernement y va de sa décision concernant une possible prohibition totale sur la circulation de l'alcool sur leur territoire Inuit, plus ou moins tardivement pour certains...

 

Au Nunavut (Nord du Canada), depuis 1976 chaque communauté a le droit d'interdire - ou pas - l'importation de l'alcool sur ses terres. Ainsi, 35% de la population du Nunavut vit dans une communauté où l'alcool est prohibé, communauté dite "sèche" (par opposition à celles dites "wet").

Mais toute interdiction d'importation au milieu de ces grands territoires glacés est difficilement contrôlable, voir impossible.  

nounours-1529bis.JPG

En effet, tout au Nord de l'Alaska, vous ne trouverez ni frontière maritime, ni garde-côte pour empêcher toutes sortes de produits illégaux de pénétrer et de contaminer la population indigène.

 

Au Groenland, dans certaines grandes villes, l'alcool est autorisé à la vente, mais dans des conditions extrêmement réglementées, avec un nombre de bouteilles limité par jour et par personne, et surtout certains de la jours de la semaine uniquement !

 

Des études ont bien entendu étaient menées pour tenter de comprendre l'impact de la consommation d'alcool ainsi que sa prohibition sur les différentes communautés autochtones. 

Il semblerait que cela dépende de l'existence ou non des axes routiers et donc de l'isolement de ces populations.

En effet, dans les réserves amérindiennes desservies par des autoroutes, la prohibition de l'alcool n'a fait qu'exacerber les comportements à risques et la violence, alors qu'en Alaska, où l'isolement géographique est absolu, cette interdiction semble avoir apaisé les esprits.

Mais ces résultats sont à prendre avec des pincettes, puisque cela ne concerne que les faits rapportés à la police...

 

Notons que, lors des différentes colonisations en Arctique, les aborigènes se sont souvent vu enlever leurs attelages de chiens de traineaux, afin de les immobiliser et de mieux les contrôler. Ils ont été  contraints au christiannisme, nous les avons forcés à apprendre une nouvelle langue, à s'habiller autrement, à adopter de nouveaux rites, et à scolariser leurs enfants avant de les installer dans des immeubles.nounours-1531bis.JPG

Dans ces conditions de dénaturation, il est plus facile alors de comprendre comment de tels comportements de désinvolture liés à l'alcool et aux drogues ont pu naître chez les peuples autochtones de l'Arctique. Livrés à eux mêmes, sans autres distractions, il est désormais bien compliqué d'endiguer le phénomène...

La prohibition ne saurait régler cette problèmatique, avant tout culturelle.

 

En bref, vous l'aurez compris, si vous souhaitiez aller faire la fête sous les aurores boréales, préparez-vous à une toute autre sorte de festivités, et le plus souvent sans alcool.


  Et bien sûr, à consommer avec modération !


 

Source :

http://recherchespolaires.inist.fr

Dessins originaux :

by Caz


Arctik Solo est aussi sur Facebook


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 10:59

 

220px-Inuit women 1907Vous êtes-vous déjà demandé comment les Inuit pouvaient réussir à enterrer leurs morts, dans de la terre gelée en permanence ? Et bien nous, OUI ! Pour répondre à cette question, il est essentiel de savoir que précisément, ils n'"enterrent" pas leurs défunts, mais les ensevelissent sous un tas de pierres ou au fond d'une grotte...

 

Mais avant tout, il faut chercher à comprendre toute la symbolique qui entoure le décès d'un des membres d'une communauté Inuit :

tout d'abord les Inuit n'ont pas de Dieu, ils croient que toute chose possède une âme, anirniq ou anirniit au pluriel = souffle (voir Arctique et fêtes religieuses), et que cet esprit perdure après la mort.
L'anirniq d'une personne fait partie d'un TOUT transcendant, appelé la Sila. Ceci permet donc aux Inuits d'emprunter les pouvoirs ou les caractéristiques d'un anirniq en prenant son nom. De plus, les esprits d'une classe donnée, tels que les mammifères aquatiques par exemple, sont en quelque sorte un seul et même esprit, pouvant donc être invoqué à travers le "gardien" de cette même classe. Parfois, l'anirniq d'un humain ou d'un animal devient une figure respectée ou influente, au travers d'un haut fait relaté dans un conte traditionnel. Dans d'autres cas, ce peut être un tuurngaq malfaisant, esprit maléfique que seul le chaman (=Angakok) peut défier ou manipuler. 6a00d8341ce44553ef0162fc15b748970d-800wi

Selon la mythologie, il est donc important que l'âme accompagne le corps et ne reste pas coincée dans le monde des vivants, car toute âme peut réclamer vengeance. Il faut donc respecter scrupuleusement les rituels associés pour que tout se passe bien.

Ainsi, d'après la coutume ancestrale, lorsqu'un décès survient dans une maison, tous les habitants du village la vident entièrement et la purifient, par un nettoyage approfondi et des fumigations. Les autres habitants de la maison, doivent se laver avec de l'eau de mer. Le défunt, lui, est placé à l'extérieur de la maison, au sommet d'une colline, à l'arrière de sa demeure, de préférence. Le froid assure sa conservation pendant ce temps-là.

Son corps est entouré d'un linceul en peau de phoque, et de lanières de cuir pour forcer le tarrak (=esprit) à rester avec le cadavre jusqu'à sa sépulture définitive.

Le village entier vient ensuite disposer autour du mort des objets de la vie quotidienne qui pourront lui être utiles dans l'autre monde, ses armes de chasses ou ustensiles de pêche par exemple pour les hommes, ou aiguilles de couture pour les femmes.

 

Après le décès, le nom du mort ne sera plus prononcé, pour le laisser en paix, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau donné au prochain enfant à naître.

 

Il existe une autre forme de Mort très répandue chez les Inuit : le suicide.

En fait, il n'est pas considéré comme un suicide au sens où nous l'entendons chez nous, c'est en réalité un6a00d8341ce44553ef015435b5293b970c-800wi mode de régulation démographique ! Quand une vieille femme n'a plus de dents à force d'avoir trop travailler les peaux de phoques, quand un vieillard est devenu trop faible pour chasser, quand les hommes et les femmes deviennent un poids pour leur communauté, ils "partent sur la glace" comme ils disent. C'est-à-dire qu'ils vont se laisser attraper par le froid mordant et se laisser ainsi mourrir, par sacrifice en quelque sorte pour le reste de leur famille. On appelle cela le suicide institutionnel.

Parfois, ce sont les membres de la famille eux-mêmes qui aident au suicide des anciens, après demandes répétées des concernés, par strangulation le plus souvent.

 

Mais que dire de tous ces rites et croyances aujourd'hui ?...

Avec l'arrivée des colons, de la sédentarité, de l'argent et surtout du christianisme, les rituels autour de la mort chez les habitants de l'Arctique ont bien changé, bien que certains demeurent malgré tout.

Depuis les années 80/90, les caveaux externes ont fait leur apparition dans les paysages nordiques, les cérémonies sont désormais assurées par un prêtre, et l'utilisation de l'eau bénite est devenue classique...


 

Taux de suicide annuels moyens (pour 100 000) par groupe d’âge, pour l’ouest des T.N.-O. et Nunavut, 1986-1996 :

isacfg2f-44b5aConcernant les suicides aussi il y a eu des changements. Depuis l'arrivée des droits sociaux, les personnes âgées ne sont plus un poids à charge pour leurs proches, puisqu'elles touchent maintenant leurs pensions de retraite !

En revanche, le suicide dans les régions du Grand Nord concerne aujourd'hui de plus en plus les jeunes, désoeuvrés et confrontés au récent problème de la drogue et de l'alcool.


 

Sur ce thème, un très beau, court, efficace et intelligent texte qui ouvre la réflexion sur la régulation démographique des peuples Inuit : http://www.cpfi-lemans.com/peuples/Pourquoi-les-Inuits-ont-invente-la 

A lire également : http://pocombelles.over-blog.com/article-la-mort-chez-les-eskimos-d-ammassalik-par-robert-gessain-98712429.html

 

 

 

Liens source :

http://www.memoiredesvies.com

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythologie_inuite

http://www.lavanaude.org/vendredis/avant2008/vv-07-11-23.htm

http://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/

http://www.legislation-psy.com/spip.php?article1127

http://www.paperblog.fr/5026566/les-metamorphoses-de-sila-mythologie-et-chamanisme-des-inuit-1/

http://tatouageinuit.wordpress.com/



--> Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 12:41

 

AWG_logotype_clr_200x189.jpgSaviez-vous que les habitants de l'Arctique ont leur propre grande compétition sportive ?

Elle s'appelle the Arctic Winter Games, en français les Jeux d'Hiver de l'Arctique !

Il s'agit bien là d'une réelle compétion multisports internationale disputée entre les différentes nations de la région Arctique. Cette manifestation sportive a lieu tous les deux ans, et attire à chaque nouvelle édition énormément de monde, c'est un évènement incontournable dans cette partie du Monde !


Les jeux d'Hiver de l'Arctique ont été créé en 1969 par Walter Hickel, le gouverneur de l'Alaska de l'époque, mais également par le Commissaire des Territoires du Nord-Ouest, Stuart Milton Hodgson, ainsi que le Commissaire du Yukon, James Smith.


La toute première édition de cette grande manifestation sportive a eu lieu à Yellowknife au Canada, en 1970. Les pays participants depuis sont :

le Canada, L'Alberta du Nord, le Nunavik et le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon, le Groenland, l'Alaska, la Lamalie (Russie), l'Islande et la Laponie.

Les sports pratiqués lors de ces jeux sont la course de chiens de traineaux, le ski alpin, la course en raquettes, le hockey, le curling et le patinage de vitesse, mais aussi la lutte, le badminton, le basket-ball, le soccer en intérieur, le tennis de table et le volley-ball !

D'autres épreuves plus culturelles sont également au programme, comme les jeux et sports traditionnels Inuit et Dénés, détaillés ici.

  • 080314-ARCTIC-003.jpg Sur cette photo prise aux jeux de 2008 :  Alice Strick (Alaska) à l'épreuve junior féminine du saut de traîneaux !


Cette compéttion dure toute une semaine, et l'on peut y admirer en bonus chaque soir des spectales et des artistes circompolaires venus interpréter des chants gutturaux typiques, jouer du tambour déné, ou du violon métis.

 

Ce sont d'ailleurs précisément ces épreuves sportives et ces spectacles traditionnels nordiques qui leur donnent tout leur charme et font la rareté, la beauté de cette manifestation pas comme les autres, unique au Monde !

Pour plus d'informations au sujet de ces jeux, un seul site, le site officiel : http://www.arcticwintergames.org/

 

 

Amandine

Image : http://www.wired.com/

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:35

 

Les Contes Inuit : 

Les Inuit ont toujours eu des légendes pour expliquer chaque chose. Que ce soit la création du jour et de la nuit, des animaux marins (la légende de Sedna), ou de l'origine des Chamanes, tout est transmis sous la forme de Contes et de légendes.

 

Voici donc un conte qui donne une explication parmi d'autres sur l'origine d'une jeune Chamane !

 

Le Chamanisme : 

Ou Shamanisme, est l'art de communiquer avec les esprits de la nature. Le shaman sert de pont entre les Hommes et la Nature toute puissante, il joue un rôle de médiateur entre les deux mondes.

 

 

LE TAMBOUR MAGIQUE

 

 

" On raconte l’histoire suivante.

Une petite orpheline vivait avec ses grands-parents. Un jour, ses compagnes l’invitèrent à aller dans la toundra récolter des racines comestibles. La grand-mère accorda sa permission. Les fillettes s’éloignèrent dans la toundra, où poussaient les herbes délicieuses et les fameuses racines. 

inuits-sortie.jpg

 

Elles se mirent à arracher les herbes, et creuser de leurs bêches les racines. Elles ne virent pas qu’un épais brouillard les enveloppait. Elles s’appelèrent mutuellement et se retrouvèrent, sauf l’orpheline. Elle restait introuvable. Elles rentrèrent au village, et se rendiren t vite  à la maison de l’orpheline, s’enquirent de leur amie. Pas rentrée !


A ce moment là, l’orpheline cherchait dans le brouillard ses compagnes, en vain.  Perdue dans la purée de pois, elle pleurait. Elle vit de gros trous dans le sol... Elle s’assit, pleura, pleura et s’endormit. Soudain quelqu’un l’éveilla. Elle vit une femme inconnue qui lui demandait :

     - Que fais-tu là ?

    - Nous déterrions des racines, mais un épais brouillard nous a rendues invisibles. Nous nous sommes perdues !

La femme dit :

     - Viens avec moi dans cette caverne !

yaranga.jpgMerveille ! Cette femme possédait une vaste demeure, claire, fournie de toutes sortes de victuailles. La femme régala l’orpheline des meilleures nourritures : peau de baleine, viande de renne. L’orpheline se rassasia.

La femme lui dit :

     - Reste donc habiter avec moi. Je sortirai chaque jour pour chercher à manger.

Elles vécurent ainsi. Un jour, la femme dit à l’orpheline :

     - Tu ne t’ennuies pas de tes vieux ?

    - Si, bien sûr, mais comment faire pour retourner chez moi ? Je ne sais plus où est ma maison, ni ce que font mes vieux.

La femme lui dit :

    - Je vais bientôt m’endormir pour longtemps. Tes grands parents te pleurent front contre front.

L’orpheline dit :

     - Si tu pouvais me ramener à eux…

La femme dit :

    - D’abord je dois t’enseigner la sorcellerie. Si tu apprends bien, personne ne pourra te vaincre dans les rencontres.

La femme prit le tambour et se mit à chanter. L’orpheline l’écoutait de toutes ses oreilles et appris parfaitement les techniques de sorcellerie.


Alors, la femme accompagna sa protégée jusqu’à la Yaranga (yourte couverte de peau) des vieux. Elle resta dehors. L’orpheline, sur le seuil, la considéra tandis qu’elle s’éloignait sur le sentier. Elle vit alors que c’était une ourse brune.

chamane ours

L’orpheline s’approcha de la cabane, hurla. Les vieux dormaient dans l’affliction, front contre front. Ils se réveillèrent.

     - Mais c’est la voix de notre gamine !

     - Oui c’est moi, je suis de retour ! Ouvrez vite !

     - Ah ! Notre petite fille est revenue !


Ils lui donnèrent à manger et l’installèrent au lit. Le lendemain, ses amies vinrent la voir. Elle ne dit à personne qu’elle avait vécu chez une femme ourse brune.

inuit-tambour.jpg

Au concours de chant organisé dans le village, elle se manifesta de façon extraordinaire. Comme une chamane ! Elle se mit à chanter en s’accompagnant du tambour. Un bruit énorme retentit dehors. Des vagues déferlèrent cognant contre le seuil, l’eau jaillissait dans le vestibule.

L’orpheline frappa plus vite de son tambour, alors, l’eau se retira, laissant des algues en quantité dans le vestibule. L’orpheline prit une bassine, y recueillit les algues, et en régala les invités. Ensuite elle demanda une bêche, en frappa les murs du vestibule, et miracle ! des racines comestibles apparurent.

Quand elle frappait les murs de sa baguette, des sources merveilleuses d’eau potable jaillissaient.

Désormais, les séances de chamanisme n’eurent plus lieu sans le concours de la petite orpheline. Voilà tout. "

 

Bien loin de nos représentations habituelles, ces récits ouvrent pleinement sur notre imaginaire, laissons nous emporter ! Parmi les nombreuses légendes de l'Arctique, avez vous déjà entendu parler d'autres histoires ?

 

A très bientôt, Mélissa

Dessins originaux de Mélissa Santoz-Cottin

 


--> Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 09:19

 

La question revient souvent parmi les visiteurs du blog, alors voici un aperçu des tenues traditionnelles en Arctique, du Groenland à la Laponie, en passant par l'Alaska et la Sibérie !

 

Honneur aux Inuits du Groenland donc, qui nous présentent leur collection Hiver-Hiver au-dessus du cercle polaire ! A gauche tenue d'extérieur, à droite tenue de fête :

Groenland tenue traditionnelle

Chacun de ses vêtements était à l'origine bien entendu fait en peaux d'animaux quelconques. Les femmes étaient assignées à la préparation des peaux et à la confection de ces habits, ainsi que des chaussures, appelées Kamik. costumes2kamik_made_from_caribou_leg_skins_baffinisland.jpgCi-dessus : kamiks en peau de caribous

Le travail des peaux était très fatiguant car il nécessitait de nombreuses étapes : lavage, étendage, séchage, mastication pour assouplir, deuxième lavage puis étendage, de nouveau séchage, et ainsi de suite... jusqu'à ce que la peau soit assez souple, sèche et propre pour la couture. D'ailleurs, les vieilles femmes inuites, à force de mastication intensive des peaux tout au long de leur vie, finissaient par avoir les dents complètement limées !

 

Passons maintenant au traditionnel costume porté par le peuple Saami, les lapons :

file_name_220.jpg

Beaucoup plus colorés comme vous pouvez le voir ! Et voici les chaussures typiques lapones :

3F9C4ED0156772DA42514A78EEB9D_h390_w598_m2_q90_cEfDQJGpF.jpg

 

Autre tenue traditionnelle, cette fois venue de la sibérie et représentée par les Nénetses :

Nenets ChildEleveurs de rennes avant tout, ces habits étaient entièrement réalisés en peaux de rennes.

 

Nous finirons donc ce rapide petit tour des costumes de tradition, et de célébration en Arctique, par le continent américain et ses habitants, du Nunavut en Alaska :

inuit_tradit_petite-62e6b.jpg

 

Amandine


Sources images :

http://www.studentsoftheworld.info/infopays/photos/photo.php?CP=GRL

http://www.billcasselman.com/unpub_two/kamik_asham_babiche.htm

voyage.ch.msn.com/voyage_de_la_semaine

http://recherchespolaires.inist.fr/


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 21:10

 

En cette période de fêtes de fin d'année, nous ne pouvions pas passer à côté des célébrations en Arctique, ni expliquer comment est percu Noël, dans la région même du Père Noël !


Noël étant une fête religieuse, intéressons nous 97108935686157772_ptNvLGJc_c.jpgd'abord aux croyances religieuses des habitants de l'Arctique.

Il est difficile de parler de religion pure pour les Inuits. En effet, ce peuple soumis à un envirronement rude et hostile, n'a pas vraiment eu le loisir de se concentrer sur une réelle croyance en un être supérieur. Ils se contentent d'avoir peur, sans savoir vraiment de quoi...

Leur religion peut se traduire à la base plus comme du chamanisme et de l'animisme.

C'est-à-dire qu'ils croient avant tout en l'âme qui anime toute chose.

Ils croient également aux grandes forces de la nature, des Homme et des animaux. Il n'y pas de Dieu à proprement parler, mais des êtres bons ou mauvais qui régissent les lois des vivants, comme Sedna qui règne sur les mers par exemple.

Les objets également peuvent être animés, pourvus d'une âme, comme le tupilak qui est fait de plumes, de pattes de renard, puis envoûté par le chaman, et investi de l'esprit de vengeance.

Le chamanisme est représenté par l'angakok, personne capable de rentrer en relation avec ces forces et ces âmes. L'angakok peut être bon ou  mauvais.esprit-inuit.jpg

Mais on retrouve le chamanisme et l'animisme un peu partout ailleurs, ce ne sont pas que des croyances propres aux Inuits.

Ce qui est propre à la mythologie Inuite en revanche c'est la continuité dans ces croyances, depuis leur naissance jusqu'à nos jours.

Là où d'autres mythologies n'ont pas survécues au fil des siècles, celle des Inuits encore aujourd'hui survit, même si les angakuik se font de plus en rares.

Et oui, la plupart des Inuits sont colonisés actuellement par des peuples à grande majorité chrétienne, comme les danois, les canadiens, et les russes.

C'est ainsi que la religion officielle Inuite à ce jour est le christianisme.

Il y a d'ailleurs dans chaque ville une, voir plusieurs églises (image ci-dessous : les 2 églises de Sisimiut au Groenland).

0180.jpgPour ce qui est de la fête de Noël, elle a été introduite et très vite intégrée, vers la fin du XIXème siècle par les anglicans. Mais la raison principale qui fait que les Inuits  ont adopté si vite cette nouvelle festivité vient du fait qu'elle tombe tout juste au moment du solstice d'Hiver. C'était déjà l'occasion de grandes fêtes à ce changement de saison, alors Noël n'est venu que se greffer sur cette fête, déjà existante!

La grande fête du solstice d'Hiver est plus communément appelée la Midwinter, et célèbre le milieu de la saison sans soleil. La Midwinter est également célébrée par les scientifiques des bases situées sur le continent Antarctique, seulement bien sûr elle est fêtée là-bas le 21 Juin, et non le 21 décembre comme en Arctique ! Et le nouvel an est encore une occaion de plus d'un grand rassemblement bien sûr !

 

D'ailleurs, la plupart des grandes célébrations Inuites ont lieu durant l'Hiver, une façon comme une autre de passer la longue nuit polaire !

 

Le jour de l'équinoxe vernal, le 19 mars, est également l'occasion de grandes et joyeuses festivités, puisqu'il annonce le printemps bien entendu, mais surtout le grand retour du soleil en Arctique ! Mais justement, comment se passent exactement ces fameuses célébrations ?

 

Les coutumes Inuites sont très différentes des nôtres. Les traditions portent essentiellement sur les jeux, presque des concours ! Les inuits ont un grand sens de la compétition, et toujours pacifiques, ils adorent les jeux d'adresse et de force. Une fête est toujours l'occasion d'un grand banquet évidemment (les inuits sont de gros mangeurs !), mais aussi et surtout de courses de traîneaux, de tir à la corde, de jeux de ballons, etc...


Autre tradition, la visite des foyers par l'angakok du village, masqué et déguisé pour l'occasion de manière exhubérante, qui danse et taquine les jeunes avec des parodies d'actes sexuels. Il faut savoir que ceci n'a rien de choquant pour eux, les Inuits n'ont pas de tabous sexuels, et les très jeunes enfants sont très tôt initiés à des sortes "d'entraînements" à la sexualité.

 

La musique, la danse et le chant sont aussi très présents lors des cérémonies, car les Inuits ont avant tout une culture orale.

 


 

Mais au fil du temps, Noël a pris des aspects de plus en plus chrétien, avec la distribution de cadeaux, comme de la viande et des peaux jetées à la volée au début, et l'arrivée de la messe de minuit.

 

Aujourd'hui, le christianisme occupe une place très importante dans les célébrations en Arctique, même si les coutumes et rites du passé sont toujours plus ou moins d'actualité selon les régions.

Espérons alors que les Inuits gardent encore longtemps leur identité, et leur culture chamanique.

 

   ******************************************************************


Amandine


Sources Wikipédia.org, Recherchespolaires.inist.fr, pinterest.com



Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article

Présentation

  • : Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • : LE blog dédié à l'ARCTIQUE - Partez avec nous à la découverte des peuples et de la vie dans le Grand Nord ! _______ The blog in english : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/en/index.html __________ Блог на русском языке : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/ru/index.html
  • Contact

Adhésion à l'association

Le Grand Nord vous intéresse ?


Vous souhaitez prendre part à la vie de l'association ARCTIK SOLO, soutenir ses actions culturelles et son but de faire découvrir l'Arctique au plus grand nombre ?Alors vous êtes au bon endroit !

L'adhésion annuelle est de 15e, et contribue également à financer le journal trimestriel envoyé à chaque adhérent.

Pour devenir membre ou juste pour un coup de pouce : envoyez nous votre message ICI

Par ailleurs, si vous souhaitez nous proposer un partenariat avec une école, des intervenants, n'hésitez pas, nous étudions toute proposition !

ARCTIK-SOLO_logo3.jpegA très vite !

 

L'équipe d'ARCTIK SOLO

Recherche