Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 15:26

 

Les îles de l’Arctique : La nouvelle Zemble

 

 

Cette île au nom exotique qui donne envie de voyager se trouve bel et bien en Arctique, au nord de la Russie à laquelle elle appartient, à l'est de l'archipel du Svalbard.


Coat of arms of Novaya Zemlya

La nouvelle Zemble  (qui signifie « nouvelle terre » en Russe) est loin d’être fréquentée. Le désir de favoriser le tourisme y est assez récent. C’est par exemple seulement en 2009 que la Norvège et la Russie s’entendent pour développer le tourisme écologique dans ce qui s’appelle le « parc national arctique russe ». En effet, ce site abrite différentes espèces animales spécifiques rares.


Nouvelle Zemble position

Cette île, ou plutôt cet archipel (composé de 2 îles : Severny au nord et Loujny au sud) est grand comme le Portugal. 

Les températures les plus basses observées sont de -39°C, et la moyenne annuelle est de -5°C.

Cet archipel polaire est donc encore peu fréquenté, et cela donne bien envie d’aller le visiter, loin du flot incéssant de touristes ! Mais avant de sauter dans le premier avion en direction de ce havre de paix, mieux vaut se renseigner un peu sur l’histoire de ces ïles…

 

Il est intéressant de savoir qu’en 1955 elles ont été vidées de leur population pour accueillir les essais nucléaires soviétiques ! Ceci a perduré jusqu’en 2004. Et que ce soit par voie terrestre, aérienne ou souterraine, l’archipel a été le souffre-douleur, pendant près de 50 ans, des essais des hommes…

On comptabilise sur cette période : près de 200 essais nucléaires.


Nouvelle-Zemble

Alors, quelles conséquences pour les populations avoisinantes, pour la flore et surtout pour la faune présente ?

A noter qu’en 1961 a eu lieu l’explosion de la bombe nucléaire la plus puissante au monde jamais essayée (!), justement au dessus de cet archipel...


A l’origine la population des Nénètses (voir notre article sur les populations indigènes en Arctique) habitait l’île. Aujourd’hui encore, 20.700 personnes vivent toujours là-bas.

Voici un lien où vous trouverez des vidéos d’époque qui montrent un peu l’ambiance sur les sites d’essais : http://ataraxie.free.fr/fr_nouvelle_zemble.htm

 

Au final, même si les pôles nous semblent lointains et désertiques, même si on en parle un peu plus qu’auparavant mais toujours trop peu malgré tout, il est important d’avoir connaissance de ce qu’il s’y passe, ou s’y est passé. N’oublions pas que les zones arctiques, et antarctiques, sont au cœur de tous les pronostics en matière de réchauffement planétaire.

 

******************************

Mélissa 

 

 Quelques sites du même thème et dont les images sont issues :

 

http://europeorient.wordpress.com/2009/12/11/norvegerussie-le-tourisme-en-nouvelle-zemble-sera-developpe-en-partenariat/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle-Zemble

http://pochpower.org/au-choix/nouvelle-zemble     

http://www.russievoyage.fr/2011/01/la-nouvelle-zemble/

http://ataraxie.free.fr/fr_nouvelle_zemble.htm


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans GEOGRAPHIE
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 12:48

 

Qu'est-ce que le Yamal ?


Il s'agit d'une immense péninsule russe de 120 000 m², située en pleine sibérie ocidentale, bordée par la mer de Kara et par le golfe de l'Ob.mod_article23555694_1.gif

 

Cette péninsule a priori comme les autres joue pourtant malgré elle un rôle majeur. Pour les russes d'abord, stratégiquement étant idéalement située, depuis des années elle est l'emplacement parfait pour toute surveillance militaire.

 

Pour le peuple Nénètse également, éleveurs de rennes vivant encore aujourd'hui selon un mode de vie ancestral et plus grand peuple éthnique russe encore en vie aujourd'hui. Et enfin, évidemment, pour la planète toute entière car cette terre est géologiquement encore toute jeune. Et oui, elle a moins de 10 000 ans ! Elle est essentiellement composée de permafrost, ou pergélisol, autrement dit de sol gelé en profondeur. Mais ce n'est malheureusement pour elle, comme pour les Nénètses, pas sa seule composition. Les plus grandes réserves de gaz naturels de toute la Russie ont été découvertes dans la péninsule, ce qui bien entendu n'a pas échappé au géant de l'industrie du gaz russe : "Gazprom". Et c'est ainsi que depuis quelques années, d'immenses gazoducs ont fait leur apparition dans le paysage du Yamal.

yamal-fullLes conséquences sur l'environnement et sur le quotidien des Nénètses n'ont pas tardées à se faire ressentir.

 

Pourtant Gazprom et ses dirigeants prônent une exploitation responsable et propre, avec entre autres un contrôle aigu du rejet des eaux usées, la suspension d'installation et de construction pendant la période de nidification des oiseaux, au printemps. Mais, même avec les meilleures intentions du monde, une telle exploitation à si grande échelle des ressources naturelles, ne peut se faire sans conséquences.


Et ça, ce sont essentiellement les Nénetses qui en font les frais. L'enjeu est grand dans ce combat pour "l'or gris" et ce peuple chamanique, proche des valeurs de la nauture, se voit proposer des sommes importantes d'argent et des motoneiges, en contrepartie de leur silence et de leurs ressources.nenets-5793_screen.jpg

La plupart sont expatriés, envoyés vers les villes, où on leur promet une bonne éducation 100% russe pour leurs enfants. Or une fois cette éducation terminée, le travail ne sera pas en priorité réservé à cette minorité déracinée mais ira surtout aux ukrainiens très présents là-bas.

Pire encore, afin d'acheminer tout ce gaz vers l'Oural, une ligne ferrovière va être créer, traversant les territoires de vêlage des rennes, ce qui bien sûr ne laissera pas indemne cette espèce.


En clair, la seule exploitation de ces gisements associée à un réchauffement général entraîne déjà de graves risques pour l'écosystème de cette terre fragile, ainsi que pour les traditions et la précieuse culture du peuple Nénètse, sans doute voué à disparaître.

 

Amandine

 

 



Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans GEOGRAPHIE
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 18:46

REDUIRE LES GAZ A EFFET DE SERRE ? C'EST POSSIBLE !

 

Voici 21 idées, proposées par WWF, à piocher selon vos envies et vos habitudes, pour que tout un chacun puisse réduire ces réputés et désastreux gaz à effet de serre. On en entend régulièrement parler, surtout les étés d'ailleurs. On se dit toujours que ce sont les entreprises, les voitures, l'agriculture qui influencent le plus les chiffres, ce n'est pas faux. Cependant, individuellement, nous pouvons tous agir à notre niveau.

Pourquoi parler de cette campagne que mène WWF et qui vise à réduire de 30% les émissions de CO2 de l'union européenne ? Parcequ'elle peut influencer positivement sur la fonte des glaces polaires. Or, on a vu que cet été la fonte des glaces du Groenland a été plus accrue que de coutume...

 

Alors n'hésitez pas, saisissez vous de ces quelques idées pour alléger votre quotidien et celui des pôles ! Et pourquoi pas, laissez nous en commentaire vos impressions, si vous avez des astuces personnelles pour réduire votre impact environnemental, ou si vous mettez déjà en pratique quelques unes de ces idées !


  1.    - J’utilise un thermos pour conserver au chaud du thé ou du café : 8 kg de CO2/an
  2.    - Je choisis des fruits et légumes frais au lieu de surgelés : 58 kg de CO2/an
  3.    - Je choisis des fruits et légumes produits localement : 21 kg de CO2/an
  4.    - Je consomme du lait biologique : 46 kg de CO2/an (si vous buvez un verre par jour)
  5.    - J’utilise pour cuisiner une cocotte-minute : 25 kg de CO2/an (pour le gaz) ; 35 kg de CO2/an (pour l’électricité)
  6.    - Je cuisine toujours avec un couvercle sur les casseroles et les poêles : 50 kg de CO2/an (pour le gaz) ; 71 kg de CO2/an (pour l’électricité)
  7.    - J’éteins la lumière dans les pièces inoccupées : 35 kg de CO2/an (pour deux lampes)
  8.    - Je remplis au maximum le lave-linge et choisis la température la plus basse possible : 67 kg de CO2/an
  9.    - Je remplace 5 ampoules classiques par 5 ampoules fluocompactes à économie d’énergie : 72 kg de CO2/an
  10.    - Je ferme les rideaux dans les pièces chauffées :
    Émissions économisées selon le type de chauffage : 87 kg de CO2/an (gaz) ; 117 kg de CO2/an (mazout) ; 121 kg de CO2/an (électricité)
  11.    - Je prends une douche plutôt qu’un bain : 112 kg de CO2/an (si je prends un bain deux fois par semaine)
  12.    - J’évite de laisser en veille les appareils audiovisuels : 111 kg de CO2/an
  13.    - Je remplace le papier blanc par du papier recyclé : 113 kg de CO2/an
  14.    - Je réduis la consommation d’électricité de mon congélateur en éliminant le givre présent sur ses parois : 158 kg de CO2/an
  15.    - Je réduis de 300 grammes par semaine (soit deux steaks) ma consommation de viande de bœuf ; à la place, j’opte pour des protéines végétales (soja, pois, haricots, lentilles) ou de la volaille et de la viande de porc dont la production émet moins de gaz à effet de serre : 180 kg de CO2/an
  16.    - Je pratique l’éco-conduite : 218 kg de CO2/an
  17.    - Je ferme toujours les portes des pièces chauffées :
    Émissions économisées selon le type de chauffage : 209 kg de CO2/an (gaz) ; 281 kg de CO2/an (mazout) ; 291 kg de CO2/an (électricité)
  18.    - Je passe 3 minutes de moins sous la douche : 301 kg de CO2/an et économies d’eau
  19.    - Je diminue la température de chauffage de 1°C :
    Émissions économisées selon le type de chauffage : 244 kg de CO2/an (gaz) ; 328 kg de CO2/an (mazout) ; 340 kg de CO2/an (électricité)
  20.    - Je ne chauffe que les pièces de la maison qui sont utilisées :
    Émissions économisées selon le type de chauffage : 290 kg de CO2/an (gaz) ; 390 kg de CO2/an (mazout) ; 405 kg de CO2/an (électricité)
  21.    - Je n’utilise pas l’air conditionné dans la voiture : 420 kg de CO2/an

 

 

 

Bon à savoir : Un Français émet en moyenne 8.700 kilos d'équivalent C02 par an, soit près de 24 kilos de CO2 émis chaque jour. A l'origine de ces émissions : nos déplacements (33%), le chauffage, l'eau chaude et l'électricité. Cela inclut notre consommation de façon globale (impact de nos choix alimentaires, etc...). Sur ces 8.700 kilos : 7.000 ne peuvent pas être recyclés... D'où l'intéret d'agir sur des petits gestes du quotidien qui peuvent peser dans la balance !

 

 

foret.jpg

 

http://www.acteurdurable.org/maison/consommation/reduction-gaz-a-effet-de-serre

http://www.planetoscope.com/co2/140-emissions-de-co2-par-habitant-en-france.html

 



Repost 0
Published by Mélissa - dans ACTUALITE
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 20:42

Nous avons atteint la barre des 1150 visiteurs sur notre blog !!!

 

Ca fait vraiment plaisir de se savoir lues !

 

Merci à toutes et à tous, et bonne visite !

 

 

inlcqkaw

 

 

Repost 0
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 12:54

 

Afin de comprendre d'où vient ce nouveau terme, récent d'une dizaine d'années à peine, de "réfugiés climatiques", concernant les peuples de l'Arctique, il faut avant tout s'intéresser au rôle essentiel du permafrost, ou "pergélisol" en français, dans ces régions.

 

Le terme permafrost désigne la couche de glace permanente ancrée dans le sol sur plusieurs mètres de profondeur, qui ne dégèle jamais (en théorie), même pas en été. Dure comme la pierre, cette couche épaisse glacée présente dans la terre sur une majeure partie du Grand Nord, enserre donc comme un étau tout ce qui y pousse.

Forets-ivres.jpgBien sûr les arbres ne poussent plus au-dessus d'une certaine latitude, mais en Laponie notamment, les forêts de pins sont très développées, ainsi qu'en Alaska et en Sibérie.

Or, avec un réchauffement constant et bien trop rapide, et surtout des hivers polaires de moins en moins rigoureux et de plus en plus courts, cette couche de glace est entrain de fondre inévitablement.

La taïga, entre autre, mais c'est avec elle que le phénomène est le plus impressionnant, est très touchée par la fonte du permafrost. Cela donne des images effrayantes d'hectares entiers d'arbres couchés. En effet, les racines qui étaient bien accrochées dans la glace, se retrouvent flottantes sous la terre et donc ne suffisent plus à maintenir l'arbre, qui se couche et meurt progressivement. Une véritable catastrophe écologique... Ce phénomène est appelé "drunken trees", traduisez "la forêt ivre" du fait que les arbres ne tiennent plus debout...


La glace du permafrost, en fondant, créé ainsi des milliers de petits étangs, de zones marécageuses, et de nombreux lacs, transformant consirablement le paysage et la nature du terrain, ce qui perturbe forcément les animaux dans leurs habitudes, déjà déstabilisés par l'empiètement de l'Homme sur leur territoire.

Bientôt ils ne seront plus capables d'évoluer dans cette jungle pâteuse et marécageuse, et seront bien obligés de venir chasser plus près de la civilisation, où bien entendu ils se feront tuer sans ménagement !


images 2Autre problème dû à la fonte du pergélisol, cette glace vieille de milliers d'années retient des tonnes de méthane, qui en fondant libère ce gaz dans des proportions évidemment très dangereuses.


Je vous invite également à lire l'article de Charles Magnier, qui traite des conséquences de la fonte du permafrost sur la montagne, et sur les Alpes principalement : link


 

Voilà pour l'explication de base du permafrost, essentiel donc à l'écosystème Arctique.

Mais il sert également de base de construction aux différents édifices, ainsi qu'à la plupart des maisons de ses populations.

Il faut savoir que les habitations nordiques sont essentiellement construites à même la roche, sans IMGP0754terrassement, comme c'est le cas partout ailleurs dans les régions tempérées.

Autrement dit, des maisons construites sur un sol censé être gelé, et qui d'un coup se met à dégeler, cela a pour conséquence des effondrements de plus en plus nombreux et inéluctables.

Des villages entiers et leurs populations victimes du réchauffement climatique, qui non seulement perdent leur maison, mais ne peuvent surtout pas reconstruire sur ces mêmes bases, puisque le sol en Arctique est de toute façon désormais voué à être de plus en plus instable.

Là où ça se complique, c'est que dans des cas comme celui-là, c'est aux autorités de prendre en charge les victimes de ces catastrophes naturelles, or les dirigeants se rejettent tous la balle !

Tout d'un coup, comme par hasard, plus personne ne semble vouloir revendiquer ces territoires dont les enjeux géopolitiques et les appartenances restent encore extrêmement complexes.

Il faut savoir que la réhabilitation d'un village entier coûterait à lui seul environ 1 million de dollars ! Or ce seront bientôt des milliers de vilages dont il faudra s'occuper.

 

La question se pose donc : que deviendront alors tous ces réfugiés climatiques dans les années à venir ?

 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans PEUPLES
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 11:34

 

Bonjour à tous !


 

Ce mercredi 11 Juillet 2012, se tenait à Nîmes devant les arènes (en attendant Radiohead !) le stand de la très célèbre organisation "Greenpeace".

Au programme du jour, sensibilisation aux conséquences du dérèglement climatique sur les régions polaires, et plus spécifiquement tentative de ralliement à la pétition pour sauver l'Arctique.

Greenpeace avait déjà oeuvré en 1991 pour le classement officiel du continent Antarctique en tant que zone dédiée à la science et à la paix, chose faite grâce aux signatures de nombreux pays, et valable pour cinquante ans, renouvelable !

Aujourd'hui c'est donc au tour de la région Arctique et des grands glaciers du Groënland d'être sauvés des enjeux géopolitiques, en empêchant tout développement massif dans le Grand Nord.

L'objectif est simple : obtenir 1 million de signatures pour soutenir l'Arctique !

Pour en savoir plus, et surtout pour signer cette pétition, rendez-vous sur le site "Save the Arctic.Org" : link


Merci d'avance et courage à Greenpeace pour leur combat !

 

IMGP1057.JPG

 

 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ACTUALITE
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:47

 

Depuis toujours, l'art tient une place primordiale dans la culture Inuit. On parle "d'arts premiers" lorsqu'ils appartiennent à une civilisation aux traditions orales, et non-occidentales, ce qui est le cas des peuples inuits. 

Dans le domaine artistique, comme pour le reste, les inuits savent se démarquer des autres, et leurs créations sont absolument incomparables.

Le but premier de l'artiste  Inuit est essentiellement de "raconter" une histoire. Et ce au travers d'oeuvres toujours très colorées, à l'image de leurs habitations, comme pour compenser avec le blanc quasi-omniprésent de leur environnement. 

 

La sculpture : Il s'agit de l'art le plus représenté etGroenland 681 le plus pratiqué par les Inuits.

Les matières de prédilection utilisées par les artistes restent toujours les matières naturelles. On retrouve quelques vestiges de ces scupltures datant déjà d'entre 2500 et 1000 avant JC, pour la plupart faites en ivoire.

C'est une matière encore très utilisée aujourd'hui, il s'agit d'ivoire de morse le plus souvent, mais aussi de narval.

IMGP1531Les autres matières naturelles employées dans l'art Inuit sont les os, de baleine essentiellement, les bois de caribous, les peaux même parfois, ainsi que le bois flotté.

A noter toutefois que l'exportation et la commercialisation d'ivoire et d'os de mammifères marins sont maintenant très réglementées.

Les inuits ont donc fini par s'accomoder de la sculpture sur pierre, comme pour s'adapter à la demande occidentale.

 

Le dessin : Il permet là encore de narrer une histoire, une légende, ou bien encore le quotidien. Très colorés, les dessins sont souvent agrémentés de textes expliquant les formes très simplifiées et non figuratives de l'oeuvre elle-même. Il ne s'agit en effet jamais d'imitation d'une chose concrète, mais bien de pures créations de l'imaginaire.

 

5L'estampe : Plus représentée chez les inuits qu'ailleurs, elle s'inscrit comme un travail communautaire. mod article31822192 2C'est le plus souvent une femme qui va choisir le motif de départ, puis ce dessin sera ensuite encré et recouvert de  plusieurs couches de feuilles de mûrier séchées. Enfin, on frotte la surface avec un tampon, avant de faire sécher le tout.

Cette technique se base sur un aspect quasi inexistant de la perspective, et par juxtaposition de personnages ainsi qu'une réduction de l'échelle, donnant ainsi une impression d'immensité aux paysages et à la nature avoisinante.

 

La musique : Les inuits sont en effet à la base de grands "chanteurs" et n'ont que peu d'instruments de musique, hormis leur voix. Le chant "de gorge" est d'ailleurs leur spécialité. Ils jouaient tout de même de quelques instruments, à cordes ou à percussion, fabriqués à partir d'os, de boyaux et ligaments (pour les cordes), et de peaux (pour les percussions).

 

 
Mais leur envie de se confronter aux techniques et instruments modernes leur a permi de se diversifier dans ce domaine. En 1960, on peut noter par exemple l'arrivée marquante dans la vie musicale inuite du guitariste Charlie Panigoniak, premier artiste inuit moderne. De nos jours, c'est une chanteuse groënlandaise qui fait parler d'elle, Nive Nielsen, venue de Nuuk la capitale, et en tournée dans une bonne partie de l'europe actuellement.

 

 

atanarjuat_la_legende_de_l_homme_rapide-3.jpg

Cinéma : Bien sûr beaucoup moins ancestral, cet art commence malgré tout à faire son chemin dans la vie des inuits, et à faire parler de lui dans le reste du monde.

Il existe par exemple en France, le Festival International du Film Polaire, entièrement dédié au cinéma inuit.

Il se déroule chaque année soit à Paris soit en Savoie.

Il s'agit d'un festival organisé par le GNGL (grand Nord, Grand Large), et vous pouvez aller voir le site à cette adresse :

www.nuits-polaires.com

C'est grâce à cette exportation qu'en 2001, le réalisateur Zacharias Kunuk remporta le prix de la Caméra d'Or au festival de Cannes pour son film "Atanarjuat, la légende de l'homme rapide".

 

 

 

Thématiques de l'art inuit : En général, et depuis toujours, les inuits nous parlent au travers de leur Art de la nature. Les animaux bien sûr sont le premier, et le thème le plus représenté.

Les mythes et légendes ensuite, sous forme décorative, permettent de faire perdurer leurs croyances et traditions ancestrales.015.JPG

L'aspect esthétique dans l'art Inuit n'est donc pas essentiel en soi, mais c'est surtout pour eux le message qu'il porte qui compte. Depuis que le commerce extérieur existe, l'art est devenu un réel moyen de créer des revenus pour les inuits, et les thèmes évoqués sont bien souvent imposés par l'acheteur...

 

 

 

Source Estampe : Art Inuit Paris

Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ARTS
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 12:06

 

On a souvent tendance à penser que les habitants du Grand Nord sont uniquement les Inuits.

Voici donc une petite liste de toutes les populations dites autochtones dans ces régions nordiques :

 

La population Inuite, les descendants de la culture dite de Thulé*, est effectivement la plus représentée sous les latitudes polaires Nord, car elle est la plus ancienne, et sûrement la première à avoir réussi à survivre et à s'adapter à ces conditions extrêmes. Les Inuits vivent essentiellement au Groënland et dans le territoire du Nunavut (drapeau ci-dessous).

800px-Flag_of_Nunavut.svg.pngA l'origine, il semblerait que les Inuits viennent de populations asiatiques qui auraient migré vers l'actuel Nord du Canada et la Terre de Baffin. Ils se seraient alors retrouvés confrontés au peuple Amérindien, lesquels avaient déjà très largement investi leur territoire. C'est ainsi que ces migrants asiatiques se seraient contentés des régions plus septentrionales, étant par ailleurs jusque là absolument désertes et encore non revendiquées. Seuls les vikings étaient déjà présents au groënland, venus de la Scandinavie vers 980, avec Erik LeRouge.

 

Mais tout au long du cercle polaire Arctique on dénombre aussi une dizaine d'autres peuples, comme les Tchouktches, qui sont principalement des éleveurs de rennes.

On trouve les Tchouktches dans la partie Est de la Russie, qui comprend également le Kamchatka.

Dans cette région de l'Extrême-Orient Russe, les Tchouktches font partie des populations minoritaires, au même titre que les Iakoutes, les Esquimaux, les Aléoutes et les Evennes, par ailleurs également éleveurs de rennes.

 

Il y a aussi les Ewenkis, ou Evenks, peuple sibérien. Leur langue est l'Evenki, ou Toungouse. Ils font partie des populations à identité chinoise, et ont été recensés à 30 000 individus en 2000.

 

Eskimo_Family_NGM-v31-p564-2.jpgLes Inupiats, ou Inupiks, eux vivent au nord de l'Alaska. Ils parlent l'Iñupiak, une des ramifications des langues Eskimo-Aléoutes.

La principale ressource de ce peuple est la chasse traditionnelle à la baleine. Les Aléoutes Inupiats sont restés nomades jusqu'aux années 1950. (On peut voir ci-contre une famille traditionnelle Inupiat.)

 

Les Nénètses ensuite, ou Nenets, sont un peuple "samoyède" de Russie.

Le terme samoyède faisait à l'époque référence au soit-disant cannibalisme de ce peuple, mais a été rapidement abandonné pour laisser place au mot actuel Nénèt qui veut dire "Homme".

Les Nénètses sont encore très répandus au Nord Ouest de la  Sibérie, et plus précisément dans la péninsule de Lamal.

Il s'agit d'une population nomade, vivant à la fois de la pêche et de la chasse, mais également de l'élevage de rennes avec lesquels ils effectuent chaque année de grandes migrations.

 

Les Yupiks (ou Yupiit) occupent eux le Sud-Ouest de l'Alaska, et parlent cinq langues issues de l'embranchement Eskimo-Aléoute. Ils ont longtemps été confondus avec leurs parents aléoutes, et se sont par la suite auto-dénomés Yupiit, terme composé de Yuk signifiant "personne" et de Pik "vraie".

Ce peuple passait traditionnellement  la belle saison dans un camp pour pêcher, et l'hiver dans des habitats plus confortables, regroupés en sorte de villages.

 

800px-Sami_flag.svg.pngEn Laponie, les Samis ou Saami, recouvrent un large territoire, tout le nord de la Suède, de la Finlande et de la Norvège, ainsi que la Péninsule de Kola en Russie.

Ils parlent des langues d'origine finno-ougrienne, et sont un des plus grands groupes indigènes d'Europe. On les appelle souvent, par facilité, les Lapons.

Aujourd'hui une minorité des Saami vit encore de la pêche, ou de l'élevage de rennes en suivant leurs migrations à travers la toundra norvégienne.

Costumes_Saami.jpg

Tenue traditionnelle Saami

 

Enfin, un peu moins connus et représentés, vivent aussi en Arctique les peuples Khantys (au Nord de la Russie et dans le Nord-Ouest de la Sibérie),  Koriaks (habitants du Kraï du Kamtchakta, proches des Tchouktches), et Youkaguirs  (peuple de Sibérie vivant dans le bassin de la rivière Kolyma).


                        Ancienne maison inuite

IMGP0890Pour tous ces peuples indigènes répertoriés dans l'Inuit Circumpolar Council, la vie moderne ainsi que les grands bouleversements climatiques de ces dernières années ont changé beaucoup de choses dans le quotidien de ces hommes et de ces femmes, sans jamais pour autant sembler modifier leurs cultures et croyances.

En effet, même si la plupart des ces populations a fini par adopter par exemple la religion majoritaire de leurs territoires, tous continuent de pratiquer, certes à moindre dose, le chamanisme et les différents cultes voués aux forces de la Nature et des Animaux.

Les légendes ancestrales de ces grands peuples perdurent à travers les générations, malgré l'adaptation aux changements présents.

Il est par exemple bien rare aujourd'hui de voir encore des inuits fabriquer des igloos, ou évoluer en traîneaux plutôt qu'en motoneige, sauf occasionellement pour ravir le touriste de passage !

 

 

 

*En comparaison avec le culture "Dorset". Voir article Wikipédia.fr

Sources et photos : Wikipédia.fr

 

 

 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans PEUPLES
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 12:50

 

IMGP9908.JPG

C'est le week-end dernier que se déroulait notre toute première exposition de photos, sur le thème de notre trek effectué en Sptembre 2011 au Groënland.

 

IMGP9873.JPGPetit résumé donc de cet évènnement, qui tombait en plein dans le week-end consacré à l'environnement.

 

Nous avions fait le choix de présenter 80 photos sélectionnées parmis les quelques 2000 que nous avions à la base, sur un concept de "visite guidée", en accompagnant chacun des visiteurs tout au long de ce petit parcours reconstitué chronologiquement, cartographies à l'appui ! Une façon originale de donner l'impression aux gens de faire ce trek à leur tour.

 

Il avait été mis en place un petit jeu concours, dont le principe était d'élire sa photo préférée.

Un tirage au sort devait désigner ensuite parmi les votes de la photo la plus aimée une personne qui se verra recevoir un  tirage de cette photo en grand format.


Et la photo élue a donc était "Illumination" :

270La personne tirée au sort a déjà reçu confirmation par mail. Félicitation à elle, et merci aux autres d'avoir participé, cela nous a permis de nous faire une idée sur les photos les plus appréciées.


Pour information, cela s'est joué à 1 vote près avec le second choix, "les Cairns" :


IMGP0244.JPG

 

Puis, dans l'ordre, les photos suivantes :


0002

0093

 

0063

 

IMGP0096.JPG

 

 

IMGP9903.JPG

En conclusion, beaucoup de questions sur la vie au Groënland, peu de personnes au courant du mode de vie des peuples nordiques, et des changements qui se jouent ces dernières années dans  les pays du Grand Nord en général. Nous étions ravies de pouvoir apporter des réponses à ces personnes et donc de donner une idée de ce qui se passe là-haut.

 

De belles rencontres, des retours positifs, une très bonne expérience en somme, avec des leçons à tirer sur les choses à améliorer pour de futures expos ou conférences sur le sujet !

 

Un grand merci encore à tous les participants, en espérant vous avoir fait voyager, et une mention toute particulière à Monique Peillon pour son aide et son investissement dans ce projet !

 

 

Amandine & Mélissa

Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ASSOCIATION ARCTIK SOLO
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 08:45

 

Pour découvrir le Groënland autrement...

 

Flyer

Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ASSOCIATION ARCTIK SOLO
commenter cet article

Présentation

  • : Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • : LE blog dédié à l'ARCTIQUE - Partez avec nous à la découverte des peuples et de la vie dans le Grand Nord ! _______ The blog in english : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/en/index.html __________ Блог на русском языке : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/ru/index.html
  • Contact

Adhésion à l'association

Le Grand Nord vous intéresse ?


Vous souhaitez prendre part à la vie de l'association ARCTIK SOLO, soutenir ses actions culturelles et son but de faire découvrir l'Arctique au plus grand nombre ?Alors vous êtes au bon endroit !

L'adhésion annuelle est de 15e, et contribue également à financer le journal trimestriel envoyé à chaque adhérent.

Pour devenir membre ou juste pour un coup de pouce : envoyez nous votre message ICI

Par ailleurs, si vous souhaitez nous proposer un partenariat avec une école, des intervenants, n'hésitez pas, nous étudions toute proposition !

ARCTIK-SOLO_logo3.jpegA très vite !

 

L'équipe d'ARCTIK SOLO

Recherche