Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 16:53

 

De l'art finlandais

 

 

Les cultures nordiques sont souvent très riches en créativité, et l'art est un atout majeur de ces populations. C'est ce que nous prouve encore fois cette artiste finlandaise pas comme les autres, Anni Rapinoja. Botaniste, géographe et photographe de formation, elle étudie de près le mariage magique entre les plantes et l'art.

Sa matière première pour exprimer son talent : la Nature tout simplement !

 

Voici donc quelques exemples de ce que l'on peut faire avec ce que l'on trouve dans les paysages lapons, juste un petit avant-goût pour vous donner l'envie d'en voir plus :

anni-rapinoja-L-3saoRi.jpeg

anni-rapinoja-L-KiO6bt.jpeg

anni-rapinoja-L-ighonu.jpeg

Une de ses plantes fétiches : la saule Arctique, cotonneuse à souhait... ça laisse admiratif !

anni-rapinoja-L-gclgNi.jpeg

anni-rapinoja-L-msoZDm.jpeg

anni-rapinoja-L-PuJgxE.jpeg

Pour découvrir, ou redécouvrir son travail, son oeuvre et son univers fascinant, un seul lien :

http://www.rapinoja.com/paju.htm

 

 

 

Source : http://talent.paperblog.fr/4340365/anni-rapinoja/

 

Arctik Solo est aussi sur Facebook ! 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ARTS
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 14:19

 

LE HIBOU ET LE LEMMING :


Toujours fascinantes de respect envers la toute puissance de la Nature, les légendes tirées de la grande culture Inuit nous emportent très loin, sur le chemin de la réflexion sur la place de l'Homme sur Terre et notre rôle à jouer pour la préserver...

 

Voici un petit film d'animation datant de 1971, doublé en français, enrichi de chants typiques, pour illustrer cette grande tradition de contes Inuit ancestraux. Pour petits et grands, régalez-vous !

 

Le_hibou_et_le_Lemming_une_legende_esquimau.jpg

http://www.nfb.ca/film/hibou_et_le_lemming_une_legende_eskimo

 

 


--> Arctik Solo est aussi sur Facebook !


 


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CONTES ET LEGENDES
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 09:22

Bonjour à tous !

 

Nous avons le plaisir de vous communiquer les résultats du concours de dessin que nous avions proposé aux élèves de CM1 et CM2 de l'école Jacques Prévert à Bissy (Chambéry, 73). Les créations étaient libres, le sujet étant : L'Arctique !

 

Nous remercions tous ces élèves pour leur participation, leur intérêt pour le grand Nord, et merci également aux enseignants pour leur implication.

 

Sans plus attendre, le grand gagnant est :

562.JPG

CLEMENT  L.

 

Le deuxième est :

568.JPG

PIERRE

 

Les troisièmes ex-aequo, ayant obtenus le même nombres de voix : (par ordre alphabétique)

 

569.JPG

CAMILLE

et .....

561.JPG

THIBAUD

 

 

Merci donc à Romain, Elise, Cyonn, Jade, Dorian, Paul P., Johan, nos 4 vainqueurs et les autres anonymes pour leur participation ! Le choix a été difficile, les votes ont eu lieu en fonction de leur correspondance au thème indiqué, pour leur originalité, et leur esthétisme.

 

Un petit résumé écrit par Johan et un autre élève, qui reprend ce que nous avons pu aborder lors de nos interventions, avec leur vision à eux !

 

" Les Inuit au début étaient Asiatiques, ils allaient vers l'ouest quand une autre tribu leur demanda de filer vers le Nord. Ils sont allés en Arctique.

Amandine et Mélissa nous ont expliqué le mode de vie des hommes, des animaux et de cet immense désert de glace !

Les Inuit mangent : des caribous, des phoques et des ours polaires. Ils utilisent leurs os pour fabriquer des armes, leur graisse pour se réchauffer, et leur fourrure comme vêtements." Johan

 

 

Nous avons passé un agréable moment en leur compagnie, nous espérons pouvoir renouveler à la rentrée l'expérience avec d'autres écoles !

 

A bientôt !

 

DSC00487.JPG
Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans ASSOCIATION ARCTIK SOLO
commenter cet article
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 10:59

 

220px-Inuit women 1907Vous êtes-vous déjà demandé comment les Inuit pouvaient réussir à enterrer leurs morts, dans de la terre gelée en permanence ? Et bien nous, OUI ! Pour répondre à cette question, il est essentiel de savoir que précisément, ils n'"enterrent" pas leurs défunts, mais les ensevelissent sous un tas de pierres ou au fond d'une grotte...

 

Mais avant tout, il faut chercher à comprendre toute la symbolique qui entoure le décès d'un des membres d'une communauté Inuit :

tout d'abord les Inuit n'ont pas de Dieu, ils croient que toute chose possède une âme, anirniq ou anirniit au pluriel = souffle (voir Arctique et fêtes religieuses), et que cet esprit perdure après la mort.
L'anirniq d'une personne fait partie d'un TOUT transcendant, appelé la Sila. Ceci permet donc aux Inuits d'emprunter les pouvoirs ou les caractéristiques d'un anirniq en prenant son nom. De plus, les esprits d'une classe donnée, tels que les mammifères aquatiques par exemple, sont en quelque sorte un seul et même esprit, pouvant donc être invoqué à travers le "gardien" de cette même classe. Parfois, l'anirniq d'un humain ou d'un animal devient une figure respectée ou influente, au travers d'un haut fait relaté dans un conte traditionnel. Dans d'autres cas, ce peut être un tuurngaq malfaisant, esprit maléfique que seul le chaman (=Angakok) peut défier ou manipuler. 6a00d8341ce44553ef0162fc15b748970d-800wi

Selon la mythologie, il est donc important que l'âme accompagne le corps et ne reste pas coincée dans le monde des vivants, car toute âme peut réclamer vengeance. Il faut donc respecter scrupuleusement les rituels associés pour que tout se passe bien.

Ainsi, d'après la coutume ancestrale, lorsqu'un décès survient dans une maison, tous les habitants du village la vident entièrement et la purifient, par un nettoyage approfondi et des fumigations. Les autres habitants de la maison, doivent se laver avec de l'eau de mer. Le défunt, lui, est placé à l'extérieur de la maison, au sommet d'une colline, à l'arrière de sa demeure, de préférence. Le froid assure sa conservation pendant ce temps-là.

Son corps est entouré d'un linceul en peau de phoque, et de lanières de cuir pour forcer le tarrak (=esprit) à rester avec le cadavre jusqu'à sa sépulture définitive.

Le village entier vient ensuite disposer autour du mort des objets de la vie quotidienne qui pourront lui être utiles dans l'autre monde, ses armes de chasses ou ustensiles de pêche par exemple pour les hommes, ou aiguilles de couture pour les femmes.

 

Après le décès, le nom du mort ne sera plus prononcé, pour le laisser en paix, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau donné au prochain enfant à naître.

 

Il existe une autre forme de Mort très répandue chez les Inuit : le suicide.

En fait, il n'est pas considéré comme un suicide au sens où nous l'entendons chez nous, c'est en réalité un6a00d8341ce44553ef015435b5293b970c-800wi mode de régulation démographique ! Quand une vieille femme n'a plus de dents à force d'avoir trop travailler les peaux de phoques, quand un vieillard est devenu trop faible pour chasser, quand les hommes et les femmes deviennent un poids pour leur communauté, ils "partent sur la glace" comme ils disent. C'est-à-dire qu'ils vont se laisser attraper par le froid mordant et se laisser ainsi mourrir, par sacrifice en quelque sorte pour le reste de leur famille. On appelle cela le suicide institutionnel.

Parfois, ce sont les membres de la famille eux-mêmes qui aident au suicide des anciens, après demandes répétées des concernés, par strangulation le plus souvent.

 

Mais que dire de tous ces rites et croyances aujourd'hui ?...

Avec l'arrivée des colons, de la sédentarité, de l'argent et surtout du christianisme, les rituels autour de la mort chez les habitants de l'Arctique ont bien changé, bien que certains demeurent malgré tout.

Depuis les années 80/90, les caveaux externes ont fait leur apparition dans les paysages nordiques, les cérémonies sont désormais assurées par un prêtre, et l'utilisation de l'eau bénite est devenue classique...


 

Taux de suicide annuels moyens (pour 100 000) par groupe d’âge, pour l’ouest des T.N.-O. et Nunavut, 1986-1996 :

isacfg2f-44b5aConcernant les suicides aussi il y a eu des changements. Depuis l'arrivée des droits sociaux, les personnes âgées ne sont plus un poids à charge pour leurs proches, puisqu'elles touchent maintenant leurs pensions de retraite !

En revanche, le suicide dans les régions du Grand Nord concerne aujourd'hui de plus en plus les jeunes, désoeuvrés et confrontés au récent problème de la drogue et de l'alcool.


 

Sur ce thème, un très beau, court, efficace et intelligent texte qui ouvre la réflexion sur la régulation démographique des peuples Inuit : http://www.cpfi-lemans.com/peuples/Pourquoi-les-Inuits-ont-invente-la 

A lire également : http://pocombelles.over-blog.com/article-la-mort-chez-les-eskimos-d-ammassalik-par-robert-gessain-98712429.html

 

 

 

Liens source :

http://www.memoiredesvies.com

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythologie_inuite

http://www.lavanaude.org/vendredis/avant2008/vv-07-11-23.htm

http://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/

http://www.legislation-psy.com/spip.php?article1127

http://www.paperblog.fr/5026566/les-metamorphoses-de-sila-mythologie-et-chamanisme-des-inuit-1/

http://tatouageinuit.wordpress.com/



--> Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 08:13

 

A la découverte des déserts : L'Inlandsis du Groenland !

 

 

Le 9 mai 2013, Michael Martin, nous présentait sur la chaine ARTE, sa passion et son intérêt pour les déserts, qu'ils soient chauds ou froids !

 

nounours-0564.JPGCe photographe, géographe de formation, né en 1963 à Munich, découvre l'attrait du désert à l'âge de 17 ans ! Il passera alors plus de 20 ans à sillonner ces grandes étendues arides, et parfois glacées. C'est avec une expérience riche de 84 voyages et des milliers de clichés, tous en argentiques, qu'en 1999 Michael MARTIN se lance dans la rédaction de ce superbe ouvrage : "les déserts de la terre". Vous pourrez retrouver des images exceptionnelles et en apprendre plus sur lui au travers de son site : http://www.michael-martin.de/index_en.html

 

nounours-0597.JPG

C'est sur ARTE que nous découvrons, au cours de 5 documentaires, le fabuleux travail de Michael Martin. Celui qui a attiré notre attention se déroule au Groenland ! Voici donc nos impressions sur ce 2eme volet de la série dédiée aux déserts du monde vus par ce passionné :


nounours-0632.JPGMême si les températures différent parfois de près d'une centaine de degrés, le photographe nous pointe du doigt qu'en fait, entre Sahara et Arctique, il y a de nombreuses similitudes. Grâce à lui, on peut s'interroger sur ce qui motive ces aventuriers, ces explorateurs des milieux extrêmes, toujours de plus en plus nombreux à partir. 

 

Même en étant déjà attiré par ces milieux si spécifiques, on ne peunounours-0639.JPGt, en écoutant Michael MARTIN, que se remémorer ce qui plait autant dans ces territoires "hostiles". Comment un seul être arrive t'il à motiver une équipe entière, ou seulement quelques passionnés, à se rendre dans ces terres inhospitalières, où animaux et être humains risquent à tout moment de perdre la vie...

 

Le goût du risque ?

 

Bien que le reportage se montre rassurant, le photographe remarque à plusieurs reprises les dangers possibles et non négligeables à s'aventurer dans ces contrées éloignées. Une situation montre par exemple un chien de traineau qui est tombé dans une crevasse dont il nounours-0631.JPGest difficile de le sortir. A un autre moment, ces même chiens ont les pattes en sang à cause du froid. La réaction ne se fait pas attendre, et c'est ce qui est notable dans l'attitude du photographe, il ne pousse pas à bout ni son équipe, ni ses animaux, ce qui n'est pas le cas de tout le monde... Il s'émerveille également devant la tranquilité de Tobias, pêcheur, qui l'emmène au plus près des Icebergs, voire même en dessous, sans s'inquiéter du risque de voir une partie du géant de Glace s'effondrer sous leurs yeux et les emporter au plus profond de la mer...

nounours 0608

 

A la rencontre des peuples des villages isolés :


nounours-0617.JPGMichael Martin est parti de la ville de Tasiilaq, sur la côte Est du Groenland, pour se rendre sur l'Inlandsis, en passant par le fjord d'Ammassalik. On a l'occasion de découvrir ce village de Tasiilaq, qui vit encore un peu selon ses coutumes Inuites. Cependant, remarque pertinente d'un des habitants : "Nous sommes désormais des hommes modernes, on ne peut pas faire machine arrière, j'aime ma vie actuelle" qui rappelle combien le maintien des traditions est difficile au sein d'une communauté en constante évolution vers la modernité. Cependant cela ne se fait pas sans pertes... "le passage à la vie occidentale n'est pas toujours facile...", "le village d'Isortoq est voué à une mort certaine"... En effet, Isortoq comptait il y a 20 ans 150 habitants, aujourd'hui, il n'en reste plus que la moitié, et beaucoup des jeunes partent vers les villes plus grandes. nounours-0615.JPG

Le même homme explique alors que "la vente de phoque ne rapporte presque plus rien de nos jours", ce qui amène les villageois à se diversifier, et à devenir en plus de leur métier de pêcheur ou autre : des guides, des accompagnateurs en mer, etc.... 

 

Nous découvrons aussi ces cimetières de bases Américaines où s'entassent des monticules de déchets que les Américains n'ont pas vidés avant de déserter ces sites...

nounours-0610.JPG

Malgré ce constat réaliste et parfois alarmant, Michael MARTIN nous dépeint des hommes et des femmes très accueillants (ce que nous avions nous même constatés à Sisimiut), des paysages à couper le souffle, cette impression d'immensité, ce calme qui ressource et qui apporte la paix intérieure, cette sensation de se surpasser soi même et d'aller là où peu sont allés. On peut imaginer en fermant un peu les yeux, la joie et la liberté de se retrouver sur l'immensité glacée que représente l'Inlandsis, le vent et le froid contre la joue, cette vue à l'infini qui ne rencontre aucune construction humaine.

nounours-0635.JPG

Chacun a ses propres motivations à entreprendre un tel périple, une si belle aventure. A chacun ses rêves et ses envies, une fois partagés ils contribueront à en faire rêver d'autres !


Et vous, quels sont vos projets de voyages, quels critères vous pousseraient à partir vers le grand Nord, ou à l'opposé, dans les grands déserts de sable ?... Faites nous rêver !

nounours-0640.JPG

 

Toutes les photos sont issues du reportage diffusé sur ARTE.

 

Mélissa

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 06:00

 

A ne pas manquer, conférence de Jean-Louis ETIENNE :


Nous avons la chance d'accueillir en Savoie Jean Louis Etienne, dans le cadre d'une conférence intitulée : " Climat de la terre, quelle évolution ? ". Ce temps fort du mois de mai aura lieu en plein Chambéry, à l'espace Malraux. 

 

jle

 

Nous vous invitons à venir nombreux rencontrer ce célèbre médecin et grand explorateur français, qui s'intéresse autant à l'Arctique, qu'à l'Antarctique, et possède aujourd'hui une belle expérience dans le domaine des expéditions en milieu polaire :

 

"Reconnu dans le monde entier pour ses explorations, son engagement pour la défense de la planète, sa volonté de faire partager ses observations sur le terrain, Jean-Louis Etienne prépare aujourd’hui l’expédition Internationale Polar Pod, une dérive autour de l’Antarctique pour mesurer et informer le monde sur les limites de l’océan Austral, principal puits de carbone de la planète, à compenser nos excès d’émission de gaz carbonique."

 

C'est pour vous aussi l'occasion de découvrir Chambéry, une ville chargée d'histoire !

chambery-637325.jpg

 

Jean-Louis Etienne

CONFERENCE : "Climat de la terre, quelle évolution ?"

24 mai 2013 à 20h30

Espace Malraux, CHAMBERY (73)


 

Plus d'informations sur ce site :

http://www.chambery-animation.com/


centre-de-congres-le-manege-espace-malraux.jpg

Espace Malraux

 

Si vous souhaitez vous y rendre, contactez nous,

nous pourrions nous rencontrer sur place !


A bientôt, Mélissa

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !



Repost 0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 15:30

 

Le 3 mai 2013, Samuel BLANC (ornithologue et spécialiste des régions polaires) nous présentait à Sallenoves (74) son hivernage en terre Adélie, territoire français situé en Antarctique.

nounours-0501bis.JPG

On appelle "hivernage" la période durant laquelle un scientifique mène des études sur une des bases situées en Antarctique (il en existe environ 70 en tout). Un hivernage au pôle Sud dure de 12 à 15 mois ! Pourquoi ?!...

nounours 0506

L'hiver en Antarctique s'étend sur environ 8 mois . En effet, il y a peu de transition, on passe ainsi de l'été à l'hiver assez rapidement !

Les personnes arrivent donc durant l'été (qui est l'hiver chez nous), passent tout l'hiver sur le continent et ne repartent que l'été suivant, soit un minimum de 12 mois, lié au fait que les glaces rendent la navigation impraticable une grande partie du temps.

 

La nuit polaire existe aux pôles, c'est une période longue de 3 mois en moyenne, où le soleil ne montre pas du tout le bout de son nez... ! A la base Dumont D'urville, située sur la côte Sud, la nuit australe n'est pas complète car on est un peu loin du pôle, le soleil s'y lève donc, faiblement et pendant seulement 3h, mais se lève !

nounours-0507.JPG

 

La terre Adélie est la zone géographique qu'occupe loadimg.phples scientifiques français en Antarctique. En effet, sur ce continent recouvert de glace, un traité de paix fait en sorte que le territoire n'appartienne à personne, et à la fois à tout le monde donc !

Ce continent est depuis ce traité dédié à la paix et à la science.

Cependant, l'histoire décrit que Jules Dumont d'Urville découvrit l'Antarctique en 1840. Il dénomma ainsi le lieu où il se trouvait "terre Adélie" en hommage à sa femme Adèle et la désigna comme "appartenance française". L'Antarctique est donc découpée en sortes de tranches, comme un camembert, appartenant symboliquement à tous les pays du Monde. 


nounours 0510La France dépose sa première base en 1950, avec le soutien de Paul Emile Victor, base malheureusement détruite par un incendie.

De 1956 à 1958 : années géophysiques de la  terre, des bases de recherches sont créées. La France possède aujourd'hui 5 bases, les plus connues étant celles de Dumont D'urville, et une autre (Concordia) franco-italienne, située sur le "territoire" dit italien.


Au travers de sa présentation et de son diaporama, Samuel Blanc nous a réellement transporté au sein de la base Dumont D'Urville. On a pu y découvrir les conditions de vie des scientifiques sur place, dignes de celles des astronautes : isolement géographique, possibilité de communication limitée (pas de nouvelles possibles durant l'hiver), promiscuité accrue... Heureusement pour eux, ces années là (2005-2007) le groupe était de bonne composition et la bonne humeur au RDV !

nounours 0509

Nous avons pu saisir l'importance de l'unité d'une équipe, de la notion capitale de polyvalence (passer de l'informatique à la médecine, à la surveillance de moteur, etc... !), et surtout de l'aspect vital du respect des consignes de sécurité qui garantissent la survie de chacun durant cette autarcie.

En effet, il est par exemple interdit de sortir par mauvais temps. Les vents pouvant atteindre plus de 200km/h, le brouillard pouvant égarer une personne à moins de 30m d'un bâtiment, les crevasses sur la banquise pouvant ensevelir quiconque s'y aventurerait...

 

Samuel nous a rappelé pour certains, et appris pour d'autres, ce qu'est l'embacle, et la débacle (formation et déformation de la banquise), le phénomène de Loewe, ainsi que l'aurore australe, et nous pourrions rajouter l'effet d'Albédo à la liste.

Il nous a présenté les animaux vivants sur cette terre au climat si difficile. Nous avons ainsi fait la connaissance, entres autres, de la famille Damier du Cap, de la tribu de manchots (Empereurs et Adélie), de Monsieur et Madame Océanite de Wilson, et de sa majesté le Labbe Antarctique.

 

La conférennounours 0502ce est passée très vite, les informations données étaient si complètes qu'il est impossible ici de toutes les retranscrire, et rien ne vaut ce moment d'échange ! Je vous invite à regarder régulièrement si Samuel Blanc ne passe pas vers chez vous pour assister à une de ses interventions  ! Site de Samuel Blanc 

 

Pour tous ceux agés de 18 à 28 ans, vous avez la chance de pouvoir postuler pour un hivernage en Antarctique dans le cadre du Volontariat Civil, une occasion unique à saisir ! http://www.taaf.fr/


 

A très vite, polairement, Mélissa

Carte : http://www.cairn.info/

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !

 



Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 21:15

Un rendez-vous à ne pas louper !


IMMERSION EN ANTARCTIQUE

 

Nous vous invitons à vous rendre à la conférence de Samuel BLANC qui se tiendra ce vendredi 3 mai à 20h à la Salle Jean DUPONT à Sallenôves en Haute Savoie.

L'entrée y est gratuite, c'est l'occasion de découvrir le récit d'un hivernage en Antarctique et de faire dédicacer votre livre "Instants d'une vie au bord du monde"  !

Blanc-Samuel.JPG

Un moment de rencontre et d'échanges avec ce guide conférencier passionné des régions polaires.

 

▶ Vendredi 3 mai 2013 à 20h00 à Sallenôves (74)
Conférence/diaporama : Récit d’un hivernage en Terre Adélie


" Depuis près de 50 ans, des hommes et des femmes se relayent sur la base Dumont d’Urville en Antarctique, afin d’assurer la continuité des programmes scientifiques. Effectuant des séjours sur place de 12 à 15 mois, ils vivent ainsi bien au-delà de leur mission, une extraordinaire aventure humaine ! Découvrez un témoignage poignant et hors du commun de leurs vies au bord du monde…

A suivre : dédicace du livre Instants d’une vie au bord du monde retraçant cette aventure, mais également du nouvel ouvrage Voyage en Antarctique.
Plus d’informations : salle Jean Dupont (place du village en face de l’église et de la mairie), entrée libre. "

InstantsDUneVieAuBordDuMonde-347x500.jpg

A (re)découvrir : le site de Samuel BLANC http://www.sblanc.com/

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CONFERENCES ET DOCUMENTAIRES
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 12:41

 

AWG_logotype_clr_200x189.jpgSaviez-vous que les habitants de l'Arctique ont leur propre grande compétition sportive ?

Elle s'appelle the Arctic Winter Games, en français les Jeux d'Hiver de l'Arctique !

Il s'agit bien là d'une réelle compétion multisports internationale disputée entre les différentes nations de la région Arctique. Cette manifestation sportive a lieu tous les deux ans, et attire à chaque nouvelle édition énormément de monde, c'est un évènement incontournable dans cette partie du Monde !


Les jeux d'Hiver de l'Arctique ont été créé en 1969 par Walter Hickel, le gouverneur de l'Alaska de l'époque, mais également par le Commissaire des Territoires du Nord-Ouest, Stuart Milton Hodgson, ainsi que le Commissaire du Yukon, James Smith.


La toute première édition de cette grande manifestation sportive a eu lieu à Yellowknife au Canada, en 1970. Les pays participants depuis sont :

le Canada, L'Alberta du Nord, le Nunavik et le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon, le Groenland, l'Alaska, la Lamalie (Russie), l'Islande et la Laponie.

Les sports pratiqués lors de ces jeux sont la course de chiens de traineaux, le ski alpin, la course en raquettes, le hockey, le curling et le patinage de vitesse, mais aussi la lutte, le badminton, le basket-ball, le soccer en intérieur, le tennis de table et le volley-ball !

D'autres épreuves plus culturelles sont également au programme, comme les jeux et sports traditionnels Inuit et Dénés, détaillés ici.

  • 080314-ARCTIC-003.jpg Sur cette photo prise aux jeux de 2008 :  Alice Strick (Alaska) à l'épreuve junior féminine du saut de traîneaux !


Cette compéttion dure toute une semaine, et l'on peut y admirer en bonus chaque soir des spectales et des artistes circompolaires venus interpréter des chants gutturaux typiques, jouer du tambour déné, ou du violon métis.

 

Ce sont d'ailleurs précisément ces épreuves sportives et ces spectacles traditionnels nordiques qui leur donnent tout leur charme et font la rareté, la beauté de cette manifestation pas comme les autres, unique au Monde !

Pour plus d'informations au sujet de ces jeux, un seul site, le site officiel : http://www.arcticwintergames.org/

 

 

Amandine

Image : http://www.wired.com/

 


Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 18:35

 

Les Contes Inuit : 

Les Inuit ont toujours eu des légendes pour expliquer chaque chose. Que ce soit la création du jour et de la nuit, des animaux marins (la légende de Sedna), ou de l'origine des Chamanes, tout est transmis sous la forme de Contes et de légendes.

 

Voici donc un conte qui donne une explication parmi d'autres sur l'origine d'une jeune Chamane !

 

Le Chamanisme : 

Ou Shamanisme, est l'art de communiquer avec les esprits de la nature. Le shaman sert de pont entre les Hommes et la Nature toute puissante, il joue un rôle de médiateur entre les deux mondes.

 

 

LE TAMBOUR MAGIQUE

 

 

" On raconte l’histoire suivante.

Une petite orpheline vivait avec ses grands-parents. Un jour, ses compagnes l’invitèrent à aller dans la toundra récolter des racines comestibles. La grand-mère accorda sa permission. Les fillettes s’éloignèrent dans la toundra, où poussaient les herbes délicieuses et les fameuses racines. 

inuits-sortie.jpg

 

Elles se mirent à arracher les herbes, et creuser de leurs bêches les racines. Elles ne virent pas qu’un épais brouillard les enveloppait. Elles s’appelèrent mutuellement et se retrouvèrent, sauf l’orpheline. Elle restait introuvable. Elles rentrèrent au village, et se rendiren t vite  à la maison de l’orpheline, s’enquirent de leur amie. Pas rentrée !


A ce moment là, l’orpheline cherchait dans le brouillard ses compagnes, en vain.  Perdue dans la purée de pois, elle pleurait. Elle vit de gros trous dans le sol... Elle s’assit, pleura, pleura et s’endormit. Soudain quelqu’un l’éveilla. Elle vit une femme inconnue qui lui demandait :

     - Que fais-tu là ?

    - Nous déterrions des racines, mais un épais brouillard nous a rendues invisibles. Nous nous sommes perdues !

La femme dit :

     - Viens avec moi dans cette caverne !

yaranga.jpgMerveille ! Cette femme possédait une vaste demeure, claire, fournie de toutes sortes de victuailles. La femme régala l’orpheline des meilleures nourritures : peau de baleine, viande de renne. L’orpheline se rassasia.

La femme lui dit :

     - Reste donc habiter avec moi. Je sortirai chaque jour pour chercher à manger.

Elles vécurent ainsi. Un jour, la femme dit à l’orpheline :

     - Tu ne t’ennuies pas de tes vieux ?

    - Si, bien sûr, mais comment faire pour retourner chez moi ? Je ne sais plus où est ma maison, ni ce que font mes vieux.

La femme lui dit :

    - Je vais bientôt m’endormir pour longtemps. Tes grands parents te pleurent front contre front.

L’orpheline dit :

     - Si tu pouvais me ramener à eux…

La femme dit :

    - D’abord je dois t’enseigner la sorcellerie. Si tu apprends bien, personne ne pourra te vaincre dans les rencontres.

La femme prit le tambour et se mit à chanter. L’orpheline l’écoutait de toutes ses oreilles et appris parfaitement les techniques de sorcellerie.


Alors, la femme accompagna sa protégée jusqu’à la Yaranga (yourte couverte de peau) des vieux. Elle resta dehors. L’orpheline, sur le seuil, la considéra tandis qu’elle s’éloignait sur le sentier. Elle vit alors que c’était une ourse brune.

chamane ours

L’orpheline s’approcha de la cabane, hurla. Les vieux dormaient dans l’affliction, front contre front. Ils se réveillèrent.

     - Mais c’est la voix de notre gamine !

     - Oui c’est moi, je suis de retour ! Ouvrez vite !

     - Ah ! Notre petite fille est revenue !


Ils lui donnèrent à manger et l’installèrent au lit. Le lendemain, ses amies vinrent la voir. Elle ne dit à personne qu’elle avait vécu chez une femme ourse brune.

inuit-tambour.jpg

Au concours de chant organisé dans le village, elle se manifesta de façon extraordinaire. Comme une chamane ! Elle se mit à chanter en s’accompagnant du tambour. Un bruit énorme retentit dehors. Des vagues déferlèrent cognant contre le seuil, l’eau jaillissait dans le vestibule.

L’orpheline frappa plus vite de son tambour, alors, l’eau se retira, laissant des algues en quantité dans le vestibule. L’orpheline prit une bassine, y recueillit les algues, et en régala les invités. Ensuite elle demanda une bêche, en frappa les murs du vestibule, et miracle ! des racines comestibles apparurent.

Quand elle frappait les murs de sa baguette, des sources merveilleuses d’eau potable jaillissaient.

Désormais, les séances de chamanisme n’eurent plus lieu sans le concours de la petite orpheline. Voilà tout. "

 

Bien loin de nos représentations habituelles, ces récits ouvrent pleinement sur notre imaginaire, laissons nous emporter ! Parmi les nombreuses légendes de l'Arctique, avez vous déjà entendu parler d'autres histoires ?

 

A très bientôt, Mélissa

Dessins originaux de Mélissa Santoz-Cottin

 


--> Arctik Solo est aussi sur Facebook !


Repost 0
Published by Amand'Arctique - dans CULTURE ET TRADITIONS
commenter cet article

Présentation

  • : Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • Projet ARCTIKA - A la découverte de l'Arctique ! - par Arctik Solo
  • : LE blog dédié à l'ARCTIQUE - Partez avec nous à la découverte des peuples et de la vie dans le Grand Nord ! _______ The blog in english : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/en/index.html __________ Блог на русском языке : http://fp.reverso.net/projet-arctique-over-blog/4635/ru/index.html
  • Contact

Adhésion à l'association

Le Grand Nord vous intéresse ?


Vous souhaitez prendre part à la vie de l'association ARCTIK SOLO, soutenir ses actions culturelles et son but de faire découvrir l'Arctique au plus grand nombre ?Alors vous êtes au bon endroit !

L'adhésion annuelle est de 15e, et contribue également à financer le journal trimestriel envoyé à chaque adhérent.

Pour devenir membre ou juste pour un coup de pouce : envoyez nous votre message ICI

Par ailleurs, si vous souhaitez nous proposer un partenariat avec une école, des intervenants, n'hésitez pas, nous étudions toute proposition !

ARCTIK-SOLO_logo3.jpegA très vite !

 

L'équipe d'ARCTIK SOLO

Recherche